à la recherche de la Fortunée
 

Frégate Française construite à Toulon en 1790, perdue au combat en Corse en 1793

La frégate a été incendiée pour ne pas être prise par les Anglais lors de la prise de St-Florent. Afin d’ouvrir le feu sur l’ennemi et aider les artilleurs de la tour de la Mortella, la frégate s’est positionnée le flanc vers le large en s’embossant à la côte. Les Anglais ont débarqué et attaqué par le rivage. Pour ne pas être prise, la frégate a été brulée et sabordée.

PROBLEMATIQUE

Lors de notre exploration des Archives Nationales et du fond Marine de la Bibliothèque Nationale en 1987 et 1988 nous avions pu trouver une carte du Golfe de Saint-Florent faite à la main sur calque dressée au début du XIXème siècle par une main anonyme. Sur celle-ci se trouvent positionnées trois épaves :

- le vaisseau « Ca-Ira » localisé en 1989
- la corvette « La Flèche » non encore localisée
- la frégate « La Fortunée »

Dès 1989, notre équipe se met à la recherche de ces trois épaves. Le vaisseau « Ca-Ira », coulé sous pavillon Britannique, est repéré en deux jours. La corvette « La Flèche » parfaitement positionnée face à ce qui est aujourd’hui le grand promontoire de la balise verte de l’entrée du mouillage de Saint-Florent est pratiquement repéré par la découverte de quelques briques sur le haut fond sur lequel il a talonné. L’examen plus poussé du site et de la carte repousse un peu plus profondément le gisement potentiel de l’épave qui doit se trouver par 8 brasses alors que le haut-fond est indiqué à 4 ½ brasses. Le fond de posidonies environnant la roche est dès lors un handicap pour reconnaître les restes de la corvette. L’utilisation d’un magnétomètre n’a pas été un facteur probant pour pointer l’épave .

La frégate « La Fortunée » parfaitement positionnée par la carte doit reposer à l’entrée d’une crique peu profonde. La nature du fond, du sable doit être un élément favorable à sa conservation. Les documents des Archives Nationales permettent de retracer les raisons de la perte du bâtiment et confirme la crédibilité de la carte. Durant huit jours d’août 1989 des sondages à la suceuse et à la lance sont réalisés dans la crique dite du Fiume Santu ou Fiumisante (phonétique du vocable Corse). Une courbe de bau, un boulet sont mis au jour le long du rivage entre la plage et la pointe Puntalle. Aucun autre élément ne vient confirmer l’existence d’une épave. Entre 1990 et 2003, des plongées exploratoires visuelles, sans engins de dégagement, sont régulièrement entreprises sans résultats. En 2003, une autorisation de prospection est accordée au groupe Tech Sub. Un magnétomètre est immergé, les échos sont désordonnés suivant le sens de la navigation. La nature de la roche environnante est alors invoquée dans ces désordres. Le manque de précision dans le signal fait considérer l’opération comme nulle. En août 2004, après avoir bâti un plan d’action basé sur un quadrillage de la zone et la mise en œuvre d’une sonde hydraulique, une nouvelle prospection est menée.

POSITION DE L’EPAVE

En se référant à la carte du XIXème siècle, en analysant les données du naufrage, les caractéristiques du lieu et d’une frégate de la fin du XVIIIème siècle, il est alors possible de définir une aire de prospection. La localisation du vaisseau « Ca-Ira » par cette même carte est un élément favorable pour croire à l’exactitude du relevé de l’ingénieur géographe. En se référant au rapport du combat il est possible de valider la position de la carte. En effet, il est question de positionner le navire en l’embossant sur le rivage. Sachant que les cordages de l’époque avaient une longueur maximale d’environ 200 mètres, il est aisé de déterminer une position maximale à l’entrée de la crique de Fiume Santu. Suivant nos hypothèses, nous ne pouvons repositionner la frégate que sur le point de la carte. Le tirant d’eau de 4 mètres fait mettre le bâtiment sur un fond de 6 mètres minimum. Le haut fond de roches situé à la sortie de la crique limite la zone de positionnement. Les amarres les plus longues sont alors estimées à 80 et 50 mètres. Le croquis de restitution ci-joint permet de visualiser notre vision de la situation lors du combat. L’incendie pourrait avoir été un élément ayant engendré le déplacement de la Fortunée. Curieusement le point indiqué par la carte est conforme à notre démarche. Nous pouvons donc considérer juste la position de l’épave à l’entrée de la crique du Fiume Santu.